Éditorial La dermatologie infectieuse : un marché peu porteur ?

0

Ces derniers jours, la nouvelle d’une révolution pour la prise en charge de l’hépatite C a été portée à notre connaissance. Cette infection touche 150 millions de personnes dans le monde et 235 000 en France. Le traitement reposait, jusqu’à récemment, sur une bithérapie (interféron-ribavirine) pendant plusieurs mois (48 semaines) ; dans certains cas, une troisième molécule y était associée. Les taux de réponses variaient de 40 % à 80 % selon le génotype et au prix d’une altération majeure de la qualité de vie. Les résultats d’une bithérapie sans interféron – associant daclatasvir et sofosbuvir – parfaitement tolérée, ont été récemment publiés dans le New England Journal of Medicine, avec des taux de guérison de 98 % pour le génotype 1 et de 92 % pour les génotypes 2 et 3 [1]. Le prix avancé est de 100 000 euros par traitement et par patient [2].Parallèlement à cette avancée thérapeutique remarquable, nous avons connu u[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Unité de Dermatologie-Infectiologie, CHI de Fréjus-Saint-Raphaël.

Infectiologie-Dermatologie, Centre Hospitalier Intercommunal de Fréjus-Saint-Raphaël, FRÉJUS.

Laisser un commentaire