L’alopécie frontale fibrosante

0

L’alopécie frontale fibrosante (AFF) a été décrite par Kossard en Australie en 1994 [1]. C’est une variété topographique de lichen plan pilaire (LPP) responsable, le plus souvent chez la femme ménopausée, d’une alopécie cicatricielle fronto-temporale en bande associée à des signes d’inflammation périfolliculaire et, dans 80 % des cas, à une alopécie des sourcils. L’histologie montre un infiltrat lymphocytaire autour de l’isthme et de l’infundibulum, associé à une diminution du nombre de follicules, qui sont remplacés par des tractus fibreux. La description de l’AFF chez la femme jeune et chez l’homme est plus récente, tout comme la reconnaissance de cas familiaux.

Épidémiologie

L’incidence de l’AFF augmente en Europe, aux États-Unis et au Japon [2, 3].

En 2003, la plus large série publiée comportait 20 cas [4]. En 2012, une série de 60 patients montre que l’incidence de l’AFF a été multipliée par 10 entre 1999 et 2011 dans une clinique du cuir chevelu en Angleterre [5]. En 2014, les Canadiens ont publié une série de 62 cas [6] et les Espagnols une série de 355 cas [7]. En 1 an, entre octobre 2013 et octobre 2014, nous avons diagnostiqué 145 nouveaux cas sur le Centre Sabouraud (140 femmes et 5 hommes). 127 femmes étaient ménopausées. Un antécédent familial d’AFF était noté chez 6 % des patients (9/145). De plus en plus de cas familiaux sont décrits sur une ou plusieurs générations, avec possibilité d’atteinte alors plus fréquentes chez les hommes [8-10]. Chez deux sœurs, une positivité de HLA-DR1 (associée à des lichens plans familiaux) a été recherchée, sans succès [11]. Des facteurs environnementaux et des substances “dioxin-like” ingérées dans l’alimentation d’origine animale, des médicaments, le soleil, les crèmes solaires, des infections virales ont été recherchés comme déclencheurs sur un terrain génétiquement prédisposé, mais actuellement aucune étiologie certaine n’a été démontrée.

L’AFF touche essentiellement les femmes après la ménopause, autour de 60 ans [4, 5]. Quelques cas[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

P. Reygagne Centre de santé Sabouraud, PARIS.