Traitements d’avenir dans la pelade

0

La pelade est une affection protéiforme, fréquente et particulièrement difficile à traiter, surtout si l’objectif est d’obtenir une réponse suffisante et stable à moyen et long terme, ce qui représente la demande principale de nos patient(e)s. Ces difficultés proviennent en grande partie des incertitudes concernant la physiopathologie de la chute pilaire, même si les choses se précisent très clairement depuis quelques années, avec une montée en puissance de la théorie immunologique – voire auto-immune – basée sur des arguments de plus en plus solides même si les ressorts initiaux de la perte du “privilège immunitaire” qui caractérise les follicules pileux ne sont pas encore très clairs (affection virale aiguë transitoire ? “orage” neuropeptidique ?). Pour autant, il n’est pas certain que cette meilleure lecture physiopathologique s’accompagne dans l’immédiat de traitements plus actifs dans une affection pour laquelle, il faut bien le dire, les propositions thérapeutiques ont été aussi nombreuses que décevantes à moyen ou long terme, et pour laquelle la qualité méthodologique des publications n’a pas toujours été au rendez-vous.

Une autre difficulté est l’absence ou le très faible nombre – ce qui est très gênant pour émettre des recommandations – d’études méthodologiquement bien conduites, évitant au maximum les biais liés au caractère souvent fantasque et imprévisible de l’évolution naturelle de la maladie (avec notamment l’existence de rémissions spontanées). Cet état de fait a été très nettement pointé par une récente revue Cochrane, qui ne tire aucune conclusion précise mais invite fortement tous les acteurs à faire beaucoup mieux en ce domaine.

Néanmoins, un certain nombre de stratégies novatrices – souvent mieux évaluées que par le passé et surtout basées, dans certains[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermatologie et Inserm U1058, Université de MONTPELLIER.