Réflexions éthiques sur la confraternité

0

“Les médecins doivent savoir travailler ensemble, sans qu’une bonne entente entre eux ne devienne jamais une connivence au détriment du patient”, “Le médecin ne doit jamais médire d’un confrère devant les patients”. Comme le suggèrent ces commentaires de l’article 56 du Code de déontologie médicale par l’Ordre des médecins, esprit de confraternité et intérêt du patient ne vont pas toujours de pair. Qui n’a jamais occulté ou au moins minimisé la faute d’un confrère ? À l’inverse, qui n’a jamais pensé à révéler les défaillances d’un confrère à un patient, voire aux autorités de tutelle ? Jusqu’où peut aller l’esprit de corps ? Est-il toujours condamnable de critiquer un confrère ?Nous proposons d’explorer quelques-uns de ces questionnements à la lumière de quelques définitions et de deux vignettes cliniques.ConfraternitéEn l’absence d’un terme neutre, le mot “confrère” désignera dans ce texte indifféremmen[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Cabinet de Dermatologie, ISSY-LES-MOULINEAUX.

Cabinet de Dermatologie, PARIS.

Laisser un commentaire