Dispositifs lumineux utilisés pour la PDT topique en dermatologie

0

En dermatologie, la thérapie photo-dynamique (PDT) repose sur une démarche en deux temps :

  • tout d’abord, l’application d’un précurseur (acide 5-aminolévulinique), induisant la production d’un photosensibilisateur (protoporphyrine IX [PpIX]), permet d’obtenir une accumulation de celui-ci au niveau de la zone à traiter ;
  • puis l’éclairage de cette zone est réalisé avec une lumière dont la longueur d’onde est préférentiellement absorbée par le photosensibilisateur.

L’effet thérapeutique est obtenu grâce à une illumination de faible intensité, sans effet thermique, permettant l’activation du photosensibilisateur et la production de composés cytotoxiques en présence d’oxygène. Comme le montre la figure 1, le spectre d’absorption de la PpIX – obtenu après métabolisation par les cellules d’acide 5-aminolévulinique (Metvixia, Levulan, Effala, Ameluz, etc.) – est très étendu, typiquement de 340 nm à 650 nm [1]. De nombreuses sources de lumière, émettant du bleu au rouge, peuvent donc convenir.

Dans la mesure où il est préférable d’éviter un effet thermique lors de la PDT, les sources de lumière intense : lasers Nd: YAG doublé (532 nm), ou laser à colorant pulsé utilisés pour le traitement des angiodysplasies cutanées, ne sont pas recommandés. Il en est de même pour les lampes flash pulsées utilisées pour de nombreuses applications en dermatologie.

En 2013, plusieurs sources lumineuses sont utilisées pour la PDT en dermatologie.

Lampes filtrées

Les lampes émettent sur des surfaces importantes et constituent ainsi des sources de lumière bien adaptées aux applications en dermatologie. Par exemple, le système BLU-U Blue Light (DUSA Phamaceuticals, États-Unis) (fig. 2) est constitué de tubes fluorescents émettant dans le bleu. Ils sont intégrés dans un illuminateur qui a la forme d’un U. C’est le système utilisé avec le Levulan. Il délivre une dose de 10 mW/cm² [3]. La société Waldmann propose une lampe émettant un spectre équivalent (450 L) (fig. 3) [4].

La même technologie peut être utilisée pour l’émission dans le rouge. Par exemple le système PDT 1 200 L de la société Waldmann[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

INSERM U703, CHRU, Université de Lille 2, LILLE.