Quoi de neuf en dermatologie pédiatrique ?

0

Ce “Quoi de neuf en dermatologie pédiatrique” est une sélection des articles parus en 2018 dans le domaine de la dermatologie pédiatrique.

Dermatite atopique

Deux études publiées en 2014 [1, 2] ont montré que l’application d’émollient en prévention primaire chez les nouveau-nés et nourrissons à risque permettait de retarder l’apparition de la dermatite atopique (DA) tant que le traitement émollient était appliqué. Les auteurs de cette étude cherchent à savoir :

  • d’une part, si l’application d’émollient en prévention primaire diminue globalement le risque de survenue d’une DA même après la phase active du traitement ou ne fait que décaler le début de la maladie ;
  • d’autre part, si l’application d’émollient en prévention primaire diminue le risque de sensibilisation.

Dans cette étude australienne PEBBLES [3], un émollient à base de céramides était appliqué 2 fois par jour de la naissance à 6 mois chez des enfants à risque de DA avec des antécédents familiaux d’atopie. L’impact sur la survenue d’une DA était évalué à l’âge de 12 mois ainsi que la fonction barrière cutanée par la mesure de la perte en eau transépidermique. Les auteurs montrent une “tendance” à une réduction du risque de DA et d’allergies alimentaires (blanc d’œuf, arachide et lait de vache) à 12 mois, sans toutefois pouvoir l’affirmer. Par ailleurs, il n’y avait pas de modifications de la fonction barrière de la peau.

Une autre étude BEEP de plus grande envergure est en cours en Angleterre. Elle a pour objectif d’étudier l’impact d’une application quotidienne d’émollient pendant 1 an sur 1 400 enfants avec un suivi de 2 ans [4].

Enfin, l’utilisation d’additifs émollients dans le bain ne semble pas avoir d’intérêt dans la prise en charge de la dermatite atopique [5].

En 2018, des recommandations européennes sur la prise en charge de la DA ont été publiées. Les recommandations sur la prise en charge de la DA sévère de l’enfant nous donnent des indications sur quel traitement systémique débuter mais peu d’informations sur quand débuter un[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermatologie pédiatrique, CHU de NANTES.

Laisser un commentaire