Utilisation d’un nouveau score dans la dermatite atopique : Atopic Dermatitis Control Tool (ADCT)

0

La dermatite atopique (DA) est une maladie inflammatoire chronique fréquente, qui touche environ 15 à 20 % des enfants et 3 à 4 % des adultes. Elle est associée à des répercussions importantes dans la vie quotidienne des patients, notamment en raison de son symptôme principal qu’est le prurit. Ce prurit altère la qualité de vie, perturbe le sommeil des patients et représente sans doute le principal signe à l’origine du fardeau de cette maladie.

Afin de prendre en charge les patients, une évaluation des signes cliniques est nécessaire. Cela permet d’une part de définir la sévérité de l’atteinte et le type de traitement adapté au patient, et d’autre part d’évaluer l’évolution au cours du temps, toujours dans l’objectif d’adapter le traitement. Cette évaluation est d’autant plus nécessaire que de nouvelles thérapeutiques ont émergé dans le traitement dans la dermatite atopique au cours de ces dernières années [1].

Les scores de la DA

Les recommandations récentes [2] se basent sur le SCORing Atopic Dermatitis (SCORAD) pour définir les niveaux de sévérité et les traitements à proposer, mais d’autres scores existent tels que l’Eczema Area and Severity Index (EASI) ou l’Investigator’s Global Assessment (IGA). Ces scores sont utilisés dans les études cliniques et surtout réalisés par le médecin :

>>> Le SCORAD a été créé et validé en 1990 par l’European Task Force of Atopic Dermatitis [3]. Il comporte : une évaluation de l’étendue des lésions, de l’intensité des différentes lésions que sont l’érythème, l’œdème ou les papules, le suintement, les excoriations, la lichénification et la xérose ainsi qu’une évaluation de la sensation de grattage et des perturbations du sommeil (fig. 1). C’est donc un score composite qui prend en compte différentes dimensions de la DA. Son calcul n’est cependant pas arithmétique et nécessite l’usage d’applications dédiées.

>>> Le score EASI [4] est également un score composite qui prend en compte les perturbations du sommeil, le prurit et la sévérité des lésions sur différentes zones : tête et cou, membres supérieurs, tronc et membres inférieurs. Il évalue pour chaque zone atteinte la sévérité de l’érythème, de l’œdème, des lésions de grattage et de la lichénification (www.easiscore.com). Il requiert de l’expérience pour être fiable et reproductible et est plus long à réaliser que le SCORAD. Là encore, des applications permettent de calculer ce score.

Pour ces 2 scores, des catégories de sévérité[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermato-Allergologie, CHU de Nancy – Hôpitaux de Brabois, VANDŒUVRE-LÈS-NANCY.