Syndrome des allergies induites par le baiser

0

Le syndrome d’allergie induite par le baiser (SAIB) est une forme méconnue d’allergie par procuration. Il toucherait 1 à 4,5 % de la population, mais sa fréquence est nettement sous-estimée, faute de connaître son existence ou de penser à le rechercher. Une limitation à son diagnostic pourrait être la nature même des relations “sexe et allergies” qui concernent la vie intime [1].

Historique

>>> Le premier cas de SAIB a été décrit en 1954 par un allergologue français, Claude Thérond [2, 3], et c’est à cette occasion que le terme d’allergie par procuration a été employé. Le patient était un garçon âgé de 5 ans, allergique connu au mercurochrome, qui, à la suite d’un baiser que son grand-père lui avait donné sur la joue, développa un lésion décrite comme eczématiforme. L’interrogatoire montra que, quelques heures avant le baiser, le grand-père s’était badigeonné la gorge avec un collutoire de couleur rouge qui contenait du mercurochrome dilué dans de la glycérine [2, 3].

>>> Le deuxième cas a été publié en 1997 par Wüthrich [4] sous un titre éloquent : Oral allergy syndrome to apple after a lover’s kiss. L’auteur rapportait le cas d’une femme de 24 ans atteinte de rhino-conjonctivite par allergie aux pollens de graminées et d’arbres depuis l’âge de 12 ans, associée à un syndrome d’allergie orale (SAO) vis-à-vis[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Allergologue-pneumologue-pédiatre, TOULOUSE.