Prise en charge de la maladie de Verneuil : quels objectifs réalistes aujourd’hui ?

0

La maladie de Verneuil est une maladie systémique associant un background génétique, une réponse inappropriée au biofilm bactérien, une dysrégulation des voies inflammatoires et une exacerbation par des facteurs environnementaux (tabagisme, obésité notamment). Elle touche de manière majoritaire les femmes jeunes (sex ratio de 3 à 4 femmes pour 1 homme) et débute le plus souvent au moment de la puberté. Sa prévalence est estimée à 1 % de la population générale [1]. Elle a un impact considérable sur la qualité de vie des patients atteints de par ses symptômes (douleurs, prurit, écoulements purulents…), la topographie des zones anatomiques touchées (notamment pour les atteintes génitales) et le caractère chronique et imprévisible des poussées [2].

De nombreuses études ont montré que les manifestations cliniques de la maladie de Verneuil étaient associées à une augmentation du risque de dépression [3], d’addiction [4] et d’un risque suicidaire estimé 2,4 fois plus important que celui de la population générale [5]. Alors que dans d’autres dermatoses inflammatoires, comme le psoriasis ou la dermatite atopique, la révolution thérapeutique que nous vivons année après année entraîne des objectifs thérapeutiques de plus en plus ambitieux visant à faire disparaître tout signe clinique de la maladie, force est de constater qu’en ce qui concerne la maladie de Verneuil, les objectifs thérapeutiques demeurent bien plus modestes.

Une errance diagnostique et thérapeutique

Le diagnostic de la maladie de Verneuil est clinique, basé sur la mise en évidence de lésions typiques (nodules inflammatoires ou non, abcès, fistules drainantes ou non) survenant au niveau des plis ou de la région périnéale et évoluant de manière chronique. Malgré ces critères simples, le retard diagnostique est malheureusement fréquent et estimé en moyenne à 8 ans et 6 médecins vus [6], 1/3 des patients posant eux-mêmes leur diagnostic sur internet. Ce retard diagnostique est plus important pour les patients dont la maladie de Verneuil a débuté avant l’âge adulte, indépendamment du niveau socio-économique et de la sévérité de la maladie. Cette méconnaissance des critères diagnostiques de la maladie par le[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermatologie, Polyclinique Courlancy, REIMS. ResoPso (http://www.reso.resopso.fr).