Quelle attitude pratique chez une femme qui perd ses cheveux ?

0

Le traitement des alopécies intrigue les patients et le monde médical depuis la nuit des temps. Le papyrus Ebers, l’un des plus anciens traités médicaux, retrouvé en Égypte, contient des prescriptions pour traiter les patients souffrant de calvitie composées de divers aliments dont l’ail et le miel qu’il fallait avaler après avoir récité une invocation magique destinée au dieu du soleil [1].

La perte de cheveux est souvent anxiogène et source de gêne pour les patientes. Le regard des autres ainsi que leurs commentaires sont souvent dérangeants et remettent en question l’image que ces femmes ont d’elles-mêmes. Il leur faut se réapproprier cette nouvelle image que le miroir leur renvoie. C’est une joie pour le médecin d’être pour elles une oreille attentive, patiente, bienveillante, pleine d’empathie et de non-jugement, et de bâtir avec elles une relation de confiance, un lien thérapeutique fort.

Anamnèse et antécédents

La consultation commence par un questionnaire en gardant à l’esprit le cycle pilaire [2]. Pour rappel, celui-ci commence par la phase de croissance dite anagène qui dure de 2 à 6 ans. Le follicule traverse ensuite une phase d’involution nommée catagène pendant 3 semaines. La dernière étape est la phase de repos puis de chute : il s’agit de la phase télogène qui dure 2 à 3 mois. Ces phases ne sont bien évidemment[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Dermatologie, 
Hôpital Erasme, BRUXELLES.

Service de Dermatologie, 
Hôpital Erasme, BRUXELLES.

Laisser un commentaire