L’œil et le photon : la dermoscopie à l’aide du laseriste

0

La très grande majorité des dermatologues pratiquent quotidiennement la dermoscopie, sûrement beaucoup moins en combinaison avec l’usage des lasers, compte tenu peut-être de la rareté des publications sur le sujet ou faute de savoir interpréter ce qui est pourtant bien visible.

La dermoscopie comme outil diagnostique avant laser

La dermoscopie devrait-elle être un préambule à tout acte laser ? La réponse est évidente pour confirmer la bénignité de la lésion que l’on souhaite détruire par laser ou au moins pour s’en assurer, comme dans le cas des lentigos solaires. La dermoscopie est tout aussi utile dans le cas des lésions vasculaires telles que l’érythrocouperose de la face ou du cou en permettant d’estimer la densité et le diamètre des vaisseaux ainsi que le résultat immédiat après les tirs laser. À ce titre, dans le registre vasculaire, pour démontrer l’efficience des nouvelles générations de laser KTP 532 capables de provoquer une photocoagulation dans les angiomes plans et tenter de détrôner ainsi le laser à colorant pulsé, une étude récente portant sur 57 sujets rapporte l’intérêt de l’usage du dermoscope couplé à un simple téléphone portable. Les auteurs ont analysé les différentes structures observables en fonction de la forme du réseau (point ou lac, intensité colorimétrique…) car la dermoscopie est un outil plus qualitatif que quantitatif [1]. Ils en concluent qu’en fonction de certaines caractéristiques dermoscopiques il est possible de prédire le résultat du traitement. Ainsi, les patients dont les scores indiquaient des “vaisseaux superficiels”, des “lacs profonds” ou des “vaisseaux épais” présentaient un résultat significativement plus élevé que ceux qui n’avaient pas ces caractéristiques dermoscopiques, et inversement pour ceux qui avaient le “fond rouge vif” (bright red background), la “totalité du fond lumineux” (bright background total), les “cernes blancs” (white circles), les “yeux de paon” (peacock eyes) et l’érythème périfolliculaire. On ne peut que conseiller la lecture de cette article difficile à résumer en quelques lignes mais qui permet d’optimiser et d’estimer les résultats d’un laser vasculaire.

De même, qui pratique systématiquement la dermoscopie[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Centre médical Saint-Jean, ARRAS.

Cabinet de Dermatologie, PARIS.

Cabinet de Dermatologie, Saint-Paul-de-Vence.

Laisser un commentaire