Érythème fessier : que faire quand ça ne veut pas guérir ?

0

L’érythème fessier représente un motif fréquent de consultation dans les premiers mois de la vie d’un enfant [1]. Sa prévalence difficile à estimer se situerait entre 7 et 35 % chez les nourrissons de 1 à 12 mois [2]. Le médecin généraliste ou le pédiatre en première ligne de la prise en charge de l’enfant doit pouvoir évoquer un diagnostic étiologique, proposer une prise en charge adaptée mais surtout ne pas négliger, notamment en cas de persistance de l’érythème, les signes cliniques points d’appel de pathologies plus rares du nourrisson. Dans toutes les étiologies, une surinfection bactérienne, fongique ou virale peut survenir et modifier la présentation clinique.

Démarche diagnostique

La démarche diagnostique devant un érythème fessier (fig. 1) doit porter sur l’analyse des éléments suivants :

>>> La localisation au siège : convexités, plis, diffus.

>>> La lésion élémentaire : pustules, vésicules, papules, érosions, ulcérations, squames…

>>> Les signes fonctionnels associés : prurit, troubles du sommeil, douleur.

>>> La présence de lésions cutanées à distance : cuir chevelu, autres plis,
extrémités…

>>> La présence de signes généraux : fièvre, infléchissement ou cassure de la croissance saturo-pondérale, troubles alimentaires…

>>> Le contexte et l’anamnèse :
– les antécédents personnels et familiaux dont dermatologiques : psoriasis, atopie, maladie digestive responsable de diarrhées ;
– les traitements : topiques appliqués notamment pour le change, traitements oraux administrés, type de couches, etc. ;
– l’évolution :[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermatologie,
Hôpital Necker-Enfants malades, PARIS.

Laisser un commentaire