Les différentes populations lymphocytaires et leur identification

0

Les lymphocytes représentent le support cellulaire de l’immunité adaptative, d’activité retardée mais plus spécifique de l’agent agresseur et dotée d’une “mémoire” immunitaire et donc plus efficace que l’immunité innée même si cette dernière reste très importante. Les lymphocytes sont organisés en diverses populations fonctionnelles spécialisées qui continuent encore aujourd’hui à être identifiées et décryptées.

À ce jour, 3 grandes catégories de lymphocytes ont été identifiées :

  • les lymphocytes T (car maturation dans le Thymus, support de l’immunité dite cellulaire) ;
  • les lymphocytes B (car maturation dans la Bourse de Fabricius intestinale chez l’oiseau mais dans le thymus également chez l’homme, support de l’immunité humorale) ;
  • les lymphocytes Natural Killer (NK).

Les lymphocytes T eux-mêmes se répartissent en diverses sous-catégories aux fonctions spécialisées, qui sont identifiables par l’expression différentielle de certaines molécules de surface appelées CD pour Cluster of Differentiation, en réalité des marqueurs de différenciation lymphocytaire qui continuent à être décrits actuellement au fur et à mesure que les connaissances s’affinent. Même si l’adéquation entre l’expression de ces CD et la fonction du lymphocyte correspondant n’est pas absolue, elle reste intéressante pour identifier ces populations fonctionnelles en pratique.

Ainsi, on peut schématiquement décrire les principales populations suivantes :

  • Les lymphocytes T, très généralement CD2+ et CD3+, au sein desquels on identifie :
    • Les lymphocytes T dits “auxiliaires” ou “Helpers (TH) CD2+ CD3+ CD4+ qui ont un rôle d’amplification globale de la réponse immune adaptative, rôle plutôt indirect en activant les effecteurs directs de cette réponse qui sont les lymphocytes cytotoxiques, NK et B ; ces lymphocytes auxiliaires sont, eux aussi, séparés en 3 sous populations :
      • TH1 sécrétant de l’interféron gamma et de l’interleukine 2 (IL2), lesquels sont notamment impliqués dans la réponse anti-infectieuse (hors parasites) ;
      • TH2 sécrétant de l’IL4 et de l’IL5, impliqués dans l’immunité antiparasitaire et dans certaines affections allergiques au sens large du terme, notamment la dermatite atopique ;
      • TH17 sécrétant de l’IL17 qui a un rôle pro-inflammatoire dans certaines affections telles que le psoriasis.
    • Les lymphocytes T dits cytotoxiques CD2+ CD3+ CD8+ qui ont un rôle cytotoxique spécifique sur les cibles exprimant les antigènes cibles de leurs récepteurs, par contact direct lymphocyte/cellule cible (notamment par la sécrétion de molécules toxiques telles que perforine, granzyme ou TIA1), soit plus indirect grâce au mécanisme[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Dermatologie et Inserm U1058, Université de MONTPELLIER.

Laisser un commentaire