Mon patient porte plainte : que faire ?

0

Tout d’abord, pas de panique ! Cela arrive, même aux meilleurs et, selon la nature des actes réalisés, il est même difficile d’y échapper au cours de sa carrière de médecin.Selon les dernières données de la MACSF1 qui assure la responsabilité professionnelle de 2 180 dermatologues (ce qui représente 65 % de la profession), la sinistralité annuelle est de 3,34 %. Cela signifie que, sur un groupe de 100 dermatologues assurés, il sera reçu entre 3 et 4 réclamations dans l’année ou, autrement dit, qu’un dermatologue reçoit en moyenne une réclamation de patient au cours de sa carrière. La sinistralité des dermatologues reste donc faible mais il faut néanmoins être prêt à faire face à cette réclamation.Celle-ci peut être motivée par plusieurs objectifs2 :recherche d’une compensation financière ;désir de sanction envers l’équipe médicale ;désir d’obtenir une explication et sentiment d’avoir été négligé ;souhait d’améliore[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Juriste MACSF, Rédacteur en chef de la revue Responsabilité.

Laisser un commentaire