Comment réaliser une “bonne” biopsie du cuir chevelu ? “Une biopsie bien préparée est à moitié réalisée.”

0

La méthode

  • Le plus souvent en bordure de plaque, à cheval sur la zone alopécique et la zone avec cheveux : il s’agit de la zone la plus logique pour un prélèvement dans un but diagnostique, en particulier face à une alopécie cicatricielle. Elle peut, en revanche, être réalisée au centre pour les alopécies cicatricielles secondaires, lorsque des lésions caractéristiques semblent présentes, et à titre pronostique, notamment pour une pelade ancienne. En bordure, elle a l’avantage de renseigner sur les deux parties, tout particulièrement devant un doute diagnostique : cicatriciel ou non ? Quel type d’alopécie cicatricielle ?
  • Repérer la zone avec le dermatoscope : la dermatoscopie permettra de choisir au mieux la région la plus caractéristique (zone d’extension, inflammation, pustules…). Elle donnera aussi une meilleure idée de l’orientation des follicules pileux.
  • Parallèle à l’implantation des cheveux : certains follicules seront ainsi vus en coupes verticales sur toute leur hauteur jusqu’à l’émergence de la tige pilaire (plus difficile sur cheveux crépus).

Le matériel

  • Punch 4 mm : cet instrument, de cette taille, permet d’examiner suffisamment de follicules pileux pour l’examen anatomopathologique. Si l’anatomopathologiste (et la personne chargée de la partie technique) est entraîné, ce punch de diamètre 4 mm permet l’association de coupes verticales et de coupes horizontales sur un même prélèvement. Il permet enfin une quantification folliculaire pronostique devant ce diamètre déterminé (12,52 mm²).
  • + Punch 2 mm si un examen en immunofluorescence directe est envisagé.
  • Pince à griffe.
  • Ciseau.
  • Porte-aiguille et fil nylon 3/0.
  • Compresses (plusieurs).
  • Sparadrap.

En pratique

  • Patient si possible en position demi-assise (selon la zone à biopsier).
  • Repérer la (les) zone(s) à biopsier avec le dermatoscope.
  • Tracer un cercle au crayon dermographique.
  • Si besoin, couper quelques cheveux.
  • Entourer la zone avec des morceaux de sparadrap (de retrait facile et non douloureux).
  • Injecter l’anesthésiant (adrénaliné).
  • Préparer les instruments et placer par avance l’aiguille du fil de suture dans le porte-aiguille.
  • Réaliser la biopsie et suturer. Une compression finale si nécessaire est réalisée par le patient tandis que l’on range le matériel (pas de pansement).

Les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Santé Sabouraud, Hôpital Saint-Louis, PARIS.